Problème des trois producteurs

La nécessité de définir une monnaie commune étant admise au sein de la communauté des individus malgré leurs désaccords fondamentaux quant à ce qu’il peuvent juger comme étant de la valeur ou pas, il reste un problème fondamental de définition de cette monnaie. Il se réduit à la résolution du problème spatio-temporel des trois producteurs que voici :

  • X, Y, et Z, produisent respectivement des valeurs Vx Vy et Vz.
  • X souhaite obtenir Vy, Y souhaite obtenir Vz, et Z souhaite obtenir Vx.

On le voit immédiatement, les échanges ne peuvent pas se faire bilatéralement, mais circulairement. Comme par ailleurs il est tout à fait possible que X n’accorde aucune valeur à Vz, Y à Vx, et Z à Vy (principe de relativité), aucun des biens ou services produits ne peut servir de mesure commune. C’est bien là le point fondamental, qui implique que la monnaie devra être définie sur une base indépendante des valeurs produites par chacun.

Le problème existe aussi dans le temps où, les individus, les productions, les services et les besoins évolueront dans leur nature, et seront progressivement amenés à disparaître ou à être remplacés. Il n’en devient pas moins nécessaire d’avoir, à tout instant, la possibilité d’échanger de façon convenable la production des uns et des autres, afin de satisfaire leurs besoins évolutifs respectifs.

_images/probleme_des_trois_producteurs.png

Pour une petite unité de temps « dt » les individus X Y et Z co-existent, produisent et échangent des valeurs stables. (Luc Fievet TRM 2.0)

Donc, non seulement « dans l’espace » (pour un temps d’évolution court «dt») les valeurs ne sont pas communément reconnues par les producteurs et font pourtant l’objet d’échanges circulaires, mais « dans le temps » les individus et les valeurs produites changent du tout au tout.

Il n’en reste pas moins, que pour un temps suffisamment court, on constate une certaine stabilité. Il y a donc une évolution continue des paramètres économiques, dont la monnaie que nous voulons définir, qui permet aux producteurs présents à tout instant, et au moins pour ce temps court, de s’accorder sur la stabilité de leur outil d’échange circulaire.

Aussi comme nous allons le démontrer dans ce qui suit, et pour être cohérent avec nos fondements, seule une quantification purement mathématique des échanges, indépendante de tout bien ou service de référence est acceptable par les acteurs du problème des trois producteurs.

Ce résultat n’enlève en rien de la valeur à la monnaie, puisque quoique purement mathématique, sa quantité totale est limitée à tout instant. Le potentiel d’achat qu’elle recèle demeurera donc limité par les prix au delà desquels les producteurs ne pourraient pas échanger leurs productions par manque de monnaie.

_images/probleme_des_trois_producteurs_2.png

Le problème des trois producteurs se complique lorsqu’au bout d’un temps suffisamment long ils sont morts et remplacés (Luc Fievet TRM 2.0)

Le problème est posé, nous allons maintenant balayer les solutions envisagées et les soucis qu’elles posent avant d’aborder la solution relativiste proprement dite.